Confiance en soi  - estime de soi

Confiance en soi et estime de soi ne sont pas synonymes.

Elles sont bien sûr liées mais elles se développent et s’entretiennent différemment.

Je vous propose de vous accompagner dans ces 2 dimensions au travers d’ateliers, de séances,

d’exercices, en lien avec la psychologie positive, la gestion des émotions,

et avec la méthodologie de la préparation mentale.

La confiance en soi c’est la croyance en ses ressources internes et est à mettre en rapport avec les capacités : elle concerne ce que nous sommes capables de faire.

 

Elle est le résultat d’une évaluation que nous faisons de nos compétences et de nos ressources personnelles.

 

Le niveau de confiance en soi dépend de la réponse aux questions :

- Ai-je les ressources internes nécessaires pour affronter cette situation ?

- Suis-je capable d’y arriver ?

- Suis-je à la hauteur ?

Pour éclairer la différence entre confiance en soi et estime de soi, on peut penser à un élève qui serait un piètre sportif mais qui accorde peu d’importance à cette matière.

Il a alors une mauvaise confiance en ses capacités à réaliser une bonne performance en EPS mais son estime de soi est intacte.

En revanche, s’il se considère mauvais en mathématiques mais qu’il considère cette matière comme fondamentale dans sa réussite, il aura à la fois une faible confiance en soi (en ses capacités à résoudre un problème d’arithmétique ou de géométrie) et une faible estime de soi (il portera des jugements négatifs sur sa valeur d’être humain).

L’Estime de soi c’est une bonne image de soi.

L’estime de soi est à mettre en rapport avec la valeur que nous nous accordons.

Elle est le résultat d’une évaluation que nous faisons de nous-mêmes, de nos actions.

Elle correspond à nos valeurs, à nos forces ancrées.

Lorsque nous accomplissons quelque chose que nous pensons valable, nous ressentons une valorisation ; et lorsque nos actions paraissent en opposition avec nos valeurs, nous “baissons dans notre estime.”

L’estime de soi peut être décrite par métaphore comme une sorte de colonne vertébrale, de centre ou de noyau.

 

On reconnait l’estime de soi saine et épanouie au sentiment d’être bien avec soi-même, d’harmonie avec soi.

Si on prend l’exemple d’un sportif qui rate un coup, une passe, un but, un geste technique, et qu’il se dit qu’il a loupé, qu’il est nul, etc…, c’est la confiance en soi qu’il va chercher, la remise en cause de son action.

Si pour cette même situation il se dit qu’il n’a rien à faire sur un terrain, qu’il n’a pas sa place dans l’équipe, c’est l’estime de soi qui s’exprime, la remise en cause de sa valeur en tant que personne, concernant telle ou telle force.

La confiance est liée à une saine estime de soi, quand on se connaît bien.

 

On sera alors capable de faire la différence entre savoir qu’il y a un domaine dans lequel on est moins doué et chercher comment progresser, et se sentir incapable ou nul en tout.

Une bonne estime de soi produit une énergie constructive qui permet à la personne de s’ouvrir à la nouveauté, à l’inconnu, à l’autre. On accepte plus facilement les difficultés, les obstacles, les critiques quand on a une bonne image de soi.

 

La confiance en soi aide particulièrement à passer à l'action, à oser risquer. Elle se situe plus dans le FAIRE.

Tandis que l'estime de soi se situe davantage au niveau du SENTI. L’une influence directement l'autre.

Le fait d'améliorer l’image de soi a pour effet d'améliorer l’estime de soi et à développer la confiance en soi.

Stéphanie POUVREAU 

Diplôme Universitaire Préparateur mental - Psychologue Diplômée d'Etat

unnamed.jpg

© 2019 by Performentale